Tranquillité publique : plus de prévention

Tranquillité publique : plus de prévention

La politique régionale en matière de sécurité s’appuie principalement sur une stratégie verticale de guichet, réduisant ainsi le champ des actions qui pourraient être menées grâce à l’expertise des acteurs locaux qui connaissent parfaitement leur territoire et les problématiques auxquelles ils doivent faire face.

Qu’il s’agisse d’incivilités, de rassemblements perturbateurs, de troubles dans les transports en communs, les communes et les intercommunalités agissent quotidiennement au sein des CLSPD et des CISPD. Certaines de leurs initiatives pourraient-être étendues et soutenues par Auvergne-Rhône-Alpes. La ville de Villeurbanne a par exemple lancé depuis septembre un poste de police mobile permettant d’intervenir sur les incivilités ou les rassemblements perturbateurs. La Région Occitanie a également lancé en juillet une expérimentation de ce type. Des projets d’aménagement de l’espace public pourraient également être soutenues tout comme le déploiement de médiateurs dans les transports en communs.

La Région Auvergne-Rhône-Alpes, dans le cadre de sa compétence d’aménagement du territoire et à travers ses contrats territoriaux, pourrait accompagner les communes et les intercommunalités qui mettent en œuvre des outils innovants et des stratégies d’aménagement de leur espace public permettant de favoriser la tranquillité publique. Nous proposons donc la création d’un « Bonus Tranquillité Publique » mobilisable dans le cadre des Contrats Ambition Région, doté d’une enveloppe d’un million d’euros en fonctionnement et 1 million d’euros en investissement.

L’intervention de Stéphane Gemmani