Groupe Socialiste, Écologiste et Démocrate

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Tarification sociale dans les cantines

La restauration scolaire au sein de nos lycées est un service public vecteur d’inclusion sociale et de réduction des inégalités. Elle permet l’accès de tous les élèves à un repas complet et équilibré. Mais elle a un coût qui peut se révéler important pour les familles modestes qui peuvent s’en retrouver exclues, alors qu’elles devraient en être les principales bénéficiaires. Cette inégalité est aujourd’hui accentuée par la hausse du coût de la vie, avec une inflation notable des prix des aliments et des carburants. C’est pourquoi, dans une démarche de solidarité et d’action effective pour alléger le budget des plus modestes, nous souhaitons qu’Auvergne-Rhône-Alpes expérimente dès cette année la tarification sociale dans ses cantines, comme le font déjà d’autres Régions.

La restauration scolaire et les tarifs de référence du repas dans les lycées dépendent de la Région. Le tarif de référence du repas pour les lycéens est établi pour 2021 dans une fourchette située entre 3,09 € et 4,42 €.

La tarification sociale dans les cantines que nous souhaitons mettre en place pourrait prendre la forme de 5 à 10 tranches progressives en fonction du quotient familial. Sans aller jusqu’à la gratuité, la première tranche pourrait être fixée à 12% du prix de référence d’un repas à la charge des familles, et la dernière tranche fixée à 86%.

Si un ticket repas est fixé à 4€, les familles les plus modestes participeraient ainsi à hauteur de 0.50€ par repas. Les plus aisées, 3.45€. A l’échelle d’une année, cela représente un gain de 660€ par enfant pour les familles les plus modestes, et 104€ pour les familles les plus hautes au niveau du quotient familial.

La différence entre le prix de référence et le tarif payé par la famille est financée par la Région, qui prend donc en charge entre 14% et 88% du prix du ticket repas. Ainsi, l’effort régional accompagne toutes les familles.

Cette expérimentation, si elle était concluante, pourrait ensuite être étendue à l’ensemble de nos établissements publics locaux d’enseignement. Cette tarification solidaire sera compensée aux établissements publics locaux d’enseignement au travers d’une subvention de fonctionnement de la Région qui permettra de rendre du pouvoir d’achat aux familles.

L’intervention de Johann Cesa