Expérimentation de la vidéoprotection algorithmique : une demande floue et dangereuse

Expérimentation de la vidéoprotection algorithmique : une demande floue et dangereuse

Dans le cadre des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a obtenu l’autorisation d’expérimenter des dispositifs de vidéosurveillance intelligente. Dans la délibération qui nous a été présentée, Laurent Wauquiez entend emboîter le pas à cette expérimentation et demande une adaptation législative pour permettre à notre collectivité de placer des dispositifs de vidéosurveillance intelligente aux abords et dans les gares et lycées de la Région Cet outil n’est pas à prendre à la légère. En détectant des comportements jugés suspects, il laisse à craindre des discriminations ainsi que des entraves aux libertés individuelles. De plus, il pourrait ouvrir la porte aux dispositifs de reconnaissance faciale qui posent de nombreuses problématiques. S’ajoute à cela un grand flou sur les modalités d’expérimentation de ce dispositif… Sur de tels sujets, nous ne pouvons pas nous permettre tant de zones d’ombre ; c’est pourquoi nous avons voté contre cette délibération.