Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Schéma régional de santé Auvergne-Rhône-Alpes 2023-2028 : un manque cruel de moyens et d’ambition soutenu par la Région !

L’Agence régionale de santé (ARS) a lancé l’étape de consultation réglementaire sur le nouveau Schéma régional de santé (SRS) 2023-2028. Ce vendredi, en commission permanente, les quatre groupes de gauche et écologistes du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes se sont fermement opposés à ce projet insuffisant et inadapté face à un système de santé aujourd’hui au bord de la rupture et à l’avis favorable de l’exécutif régional.

L’actualisation du Schéma régional de santé Auvergne-Rhône-Alpes 2023-2028 s’inscrit dans le cadre de la baisse des moyens attribués à la Sécurité sociale. Alors que l’offre de soins se délite partout en France, l’avant-projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) vise à économiser 3,5 milliards d’euros sur les dépenses de l’assurance maladie ! Les rallonges liées au covid sont bien loin ; un signal fort est envoyé : celui du désengagement de l’État.

Ce désengagement de l’État, c’est ce que déplorent quatre départements d’Auvergne-Rhône-Alpes (l’Ardèche, la Drôme, la Loire et le Puy-de-Dôme) qui ont pointé du doigt les faibles moyens humains et financiers inscrits dans le Schéma régional de santé Auvergne-Rhône-Alpes 2023-2028. Pour le département de la Drôme par exemple, aucune création de place en EHPAD, en SSIAD et en IME n’est prévue dans ce projet, alors même que les besoins sont considérables. Le département de la Loire a, quant à lui, reproché une absence de stratégie globale sur le champ de l’aide à domicile. Le département de l’Ardèche, enfin, a exprimé son regret de ne voir inscrit au Schéma régional de santé un développement conséquent de l’offre des SESSAD pour les enfants en situation de handicap, ainsi qu’une stratégie efficiente pour accompagner les personnes handicapées vieillissantes. Pour ces raisons partagées, ces quatre départements, pourtant situés à droite de l’échiquier politique, et la Métropole de Lyon, ont formulé un avis défavorable ou réservé à ce projet.

Pour faire face aux enjeux actuels, il est urgent que l’État et l’ARS investissent massivement en faveur du système de santé. Nous avons ainsi demandé au Président de Région que notre collectivité émette, à l’instar des quatre départements et de la Métropole de Lyon susmentionnés, un avis défavorable au Schéma régional de santé 2023-2028, et qu’un nouveau projet nous soit présenté dans quelques mois en tenant compte des besoins réels des départements. En vain ! Nous regrettons ce positionnement de notre collectivité qui a fait fi de nos remarques et émis un avis favorable, un avis indigent et bâclé de seulement deux pages qui ne répond pas aux besoins des habitantes et habitants de notre région. Notre système de santé est en grand péril ; il est temps que nous mettions l’ambition et les moyens nécessaires à son service.

Contact presse


Emma Le Traou-Covarel Secrétaire générale

emma.letraou-covarel@auvergnerhonealpes.fr

06 86 04 45 62